Coléoptères, 2012, 18(4) : 129-134
Trois nouveaux Carabus
et Cychropsis de Chine
(Coleoptera, Carabidae)
par
THIERRY DEUVE
Muséum National d’Histoire Naturelle
Département de Systématique & Evolution
USM601,Entomologie
Case Postale 50
45, rue Buffon
F-75231 Paris cedex 05
France

Résumé
Descriptions et illustrations de trois nouveaux taxons de Chine: Carabus (Pagocarabus) draco lubasha n. subsp. du Sichuan, C. (Damaster) augustus haiyangicus n. subsp. du Guangxi, Cychropsis diabolica n. sp. du Sichuan
Summary
Description and illustration of three new taxa from China: Carabus (Pagocarabus) draco lubasha n. subsp. from Sichuan, C. (Damaster) augustus haiyangicus n. subsp. from Guangxi, Cychropsis diabolica n. sp. from Sichuan
Mots-clés
Coleoptera, Carabidae, Carabus, Pagocarabus, Damaster, Cychropsis, taxinomie, Chine, Sichuan, Guangxi.

Sont décrits ci-après trois nouveaux taxons des montagnes de Chine appartenant aux genres Carabus L., 1758, et Cychropsis Boileau, 1901.
Carabus (Pagocarabus) draco lubasha n. subsp.(fig. 3)
HOLOTYPE : 1 mâle, Chine, Sichuan, monts Jiuding Shan, entre Maoxian et Wenchuan, 3800 mètres, in coll. A. Gorodinski, à Moscou (Russie).
ALLOTYPE : 1 femelle, même provenance, in coll. A. Gorodinski. PARATYPES : 9 mâles, 21 femelles, même provenance.
Longueur : 20-22 mm. Coloris d´un brun bronzé assez clair, parfois un peu rougeâtre, faiblement métallique, les appendices noirs ou noir roussâtre.
Tête épaisse mais aux yeux bien saillants. Front et vertex fortement ridés-fripés, les fossettes larges et profondes. Clypéus bisétulé. Bord antérieur du labre modérément incurvé. Mandibules acérées, sans particularités, les dents térébrales plus ou moins vives et subdroites, les rétinacles bifides, à pointes saillantes et aiguës. Palpes labiaux fins, le dernier article peu dilaté, l'avant-dernier article labial dichète. Dent médiane du mentum saillante, aiguë, aussi longue que les lobes lateraux. Submentum achète. Antennes fines, assez longues, atteignant (mâle) ou atteignant presque (femelle) le milieu des élytres et dépassant en arrière de 5 (femelle) ou 5,5 (mâle) articles la base du pronotum ; le 4e article sensiblement de même longueur que le 2e, son extrémité peu pubescente ; le 3e article un peu plus long.
Pronotum petit, cordiforme, 1,20 fois plus large que long, la plus grande largeur au tiers antérieur, les côtés arrondis, puis rétréci en arrière, les côtés alors sinués peu avant les angles postérieurs qui sont un peu aigus mais émoussés. Disque modérément convexe, fortement chagriné, les fossettes basales distinctes mais peu marquées, le sillon médian très fin et superficiel. De chaque côté, une ou parfois deux soies médianes, pas de soie basale.
Elytres en ovale peu allongé, davantage rétrécis en avant qu'en arrière, la plus grande largeur située après le milieu. Disque modérément convexe, la sculpture hétérodyname : les interval les primaires prédominants, assez saillants, interrompus en chaînons moyens ou courts par de très petites fossettes punctiformes ; les intermédiaires vestigiaux, réduits à de très petits granules plus ou moins alignés parmi lesquels les emplacements secondaires paraissent à peine prédominants.
Pattes longues, assez fines, les protarses du mâle avec les quatre premiers articles dilatés et pourvus de phanères adhésifs. Edéage (fig. 1) à apex en lobe à peine dilaté.
Caractères diagnostiques. - Comme draco Brezina (1999), mais nettement plus petit, le front et le vertex moins grossièrement fripés et avec des fossettes moins marquées, le pronotum aux côtés plus régulièrement arrondis en avant et moins fortement cintrés en arrière, avec une sinuosité (et non pas une angulosité) antébasale, les angles basaux de ce fait moins aigus.
Derivatio nominis. - Ce taxon est cordialement dédié à Mme Lubov Gorodinskaïa, l'épouse de M. André Gorodinski.
The number of review: 1600